mercredi 17 mai 2017

Alien : Covenant (2017) - Ridley Scott


Quand y en a plus, y en a encore !
Sixième film de la saga, Alien : Covenant est la suite de Prometheus (2012) et se passe avant Alien (1979). C'est bon, vous suivez? Et même si vous n'en avez vu aucun, Alien : Covenant se regarde sans problème. Il faut juste être prévenu, c'est glauque et gore à souhait mais aussi sacrément captivant et avec les moyens actuels, les aliens ils en jettent sacrément!

Il était une fois dans l'espace...
En 2104, le vaisseau Covenant transporte, en plus d'un équipage entrainé, 2000 colons ainsi que 1000 embryons humains en hibernation avec pour objectif de coloniser une planète à l'autre bout de la galaxie. Un imprévu contraint l'équipage à explorer une planète inconnue, plus proche et dont les conditions semblent propices à la colonisation... au premier abord. Lorsqu'il réalisent leur erreur, il est déjà trop tard.

L'amour des petits bonshommes verts
Alien est une saga de science-fiction un peu à part, notamment par son ambiance sombre et oppressante conservée tout au long des épisodes. Ce qui est remarquable aussi, c'est la place donnée aux femmes. Les premiers films, on suivait l'incontournable Sigourney Weaver, classe et ultra balèze, le genre de personne à qui on ne cherche pas des noises. Dans Prometheus et Alien : Covenant, la barque est à nouveau menée par deux actrices montantes (Noomie Rapace puis Katherine Waterson) qui se font un peu voler la vedette par Michael Fassbender (toujours sublime et parfait *je sors*) en mode Bishop mais dont le rôle reste primordial.
Concernant les aliens eux-même, j'ai beaucoup aimé l'évolution de leur traitement années après années. Dans les premiers films, ils ont été suggéré, furtivement montré par le biais d'acteurs costumés, d'animatroniques, puis est venu le temps des effets spéciaux qu'il faut respecter en considérant l'époque de leur conception... et il y a maintenant. C'est absolument dingue ce que l'on est capable de créer! En même temps, après avoir vu Le Livre de la Jungle on comprend que le cinéma est entré dans une nouvelle ère. Toujours est-il que j'ai été très impressionnée par les aliens de ce film, leurs différentes formes puisque le but du préquel est de montrer une évolution, une succession de mutations conduisant à ceux que l'on voit dans les premiers films. C'est aussi terriblement réaliste, presque trop pour moi tant ces créatures sont crédibles! Bon, après j'ai un peu du mal avec l'intervention de créatures xénomorphes (merci google!) qui ne font que pondre des œufs et manger des humains en en faisant de la charpie. Ont-ils un intérêt, une aspiration, un rôle à jouer dans l'univers?


Hasta la vista baby! (zut c'est pas le bon film?)
Alien : Covenant tient ses promesse avec un nouvelle aventure dans la continuité des autres (enfin après l'un, avant d'autres mais vous me comprenez). Je l'ai trouvé plus divertissant et facile à comprendre que Prometheus (c'est un sentiment personnel) on a de nouvelles révélations quant au développement des aliens. Et j'ai bien sur adoré voir DEUX Michael Fassbender avec des personnalités différentes. Un délice. 
Et il y a cette fin qui nous fait bondir, mais je ne vous révèlerai rien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire