mardi 29 août 2017

Baby Driver (2017) - Edgar Wright

Armé de ses lunettes de soleil et de son mp3 en permanence, Baby officie comme chauffeur pour plusieurs braquages jusqu'à ce que sa dette soit payée. Un jour, il croise Debora dans un Diner et c'est le coup de foudre. Il souhaite tout plaquer pour revenir à une vie normale mais son boss ne l'entend pas de cette oreille...
Fort d'un casting dingue et d'une bande son du tonnerre, Baby Driver envoie du lourd dès le début en reprenant un contexte et un scénario maintes fois exploités pour les remixer et nous offrir un film cool, rythmé et complètement déjanté. Les films de braquage, on en a vu des tas, mais cette fois, on suit Baby, et ça change tout.

Il est certain qu'on ne pouvait pas mieux choisir qu'Ansel Elgort (Nos étoiles contraires...) pour ce rôle, avec sa baby face et sa passion connue pour la musique. Je viens de jeter un œil, j'ai bel et bien vus tous ses films. Pour l'instant rien à dire, sacré parcours! J'ai trouvé le personnage de Baby très intéressant. Le gars gentil, droit, qui se retrouve seulement piégé dans une situation sordide contre laquelle il ne peut rien faire... ou presque! Les acouphènes dont il souffre servent d'argument pour exploiter toute une thématique sur le son autour de laquelle tourne le film. Les baladeurs mp3, les cassettes audio, le mixage, les dialogues réduits, la surdité du père adoptif, le langage des signes, la mère chanteuse, le coup de foudre qui passe par un chant fredonné et bien sûr toutes ces scènes absolument excellentes rythmées au millimètre près sur le tempo des morceaux choisis.


Il m'a semblé que rien n'était laissé au hasard dans Baby Driver. Chaque évènement, élément présenté, scène pouvant sembler anodine a un but précis, une explication, une utilité. Baby parle peu, parait ne rien écouter mais entend tout. Son cerveau fonctionne à cent à l'heure, il ne prend aucune décision à la légère depuis qu'il a fait une erreur qu'il a amèrement regrettée, une fois.
Et bon sang mais ces scènes de course poursuite sont tout juste ahurissantes! Habituellement, c'est loin d'être ma tasse de thé, mais là je me suis accrochée à mon siège tellement j'étais captivée.

Lily James (Downton Abbey, Cendrillon...) est comme à son habitude, sublime et pétillante. La jolie blonde qu'elle interprète est loin d'être une midinette sans cervelle. Elle est courageuse et touchante et j'ai regretté qu'on ne la voie pas plus à l'écran.

L'équipe des braqueurs vaut son pesant de cacahouètes! Entre le psychopathe accros de la gâchette et le couple de guimauves obsédées par l'argent, effrayants mais presque mignons, on n'a pas le temps de s'ennuyer. Le big boss saura aussi nous surprendre tout comme l'ensemble du film qui prendra à plusieurs reprises un tournant auquel je ne m'attendais pas!

Tout ça pour dire que Baby Driver est une petite bombe aussi divertissante qu'intelligente qui m'aura fait passer un moment exquis, excitant et même attendrissant (ouais, on a quelques scènes qui donne envie de prendre Baby dans nos bras). Un film bourré d'action, de musique et de beaux sentiments qui vous laissera un bon grand sourire sur les lèvres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire